ALERTE DÉSINFORMATION : l’AFP qualifie de “soldat palestinien” un terroriste

L’Agence France-Presse, nous le savons depuis longtemps, est problématique. D’abord parce que le traitement qu’elle réserve à Israël est clairement biaisé, comme nous l’avons montré dans plusieurs de nos articles ; ensuite parce que ses dépêches sont souvent reprises dans la presse, qu’elle soit locale, régionale ou nationale, et contribue ainsi à diffuser la haine d’Israël chez les lecteurs.

Voilà pourquoi, quand l’AFP franchit une ligne rouge de trop, il important de dénoncer leur dérive MENSONGÈRE.

En effet, dans une dépêche publiée vendredi 24 février, l’AFP rapporte les propos d’une porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux Droits de l’Homme, Ravina Shamdasani, qui se dit “troublée par la peine clémente” prononcée par le Tribunal Militaire contre le soldat Elor Azaria (18 mois de prison pour homicide involontaire).

Même si l’on peut rire de ce sursaut soudain de cet organe de l’ONU qui reste silencieux sur les gros dossiers de violations des Droits de l’Homme dans le monde (Syrie, Irak, Iran, Corée du Nord, Chine, Arabie Saoudite…), mais qui voit ses propos diffusée dans toute la presse quand il s’agit d’Israël, le problème de la dépêche de l’AFP n’est pas là.

Le problème se trouve dans les propos rapportés par l’AFP :

“Un soldat palestinien” ? Même pour l’ONU, cela semble un peu trop gros. Alors nous sommes allés vérifier quels ont été les propos réellement tenus par Mme. Shamdasani sur le site du Haut-Commissariat et voici ce que nous avons trouvé :

Il est nulle part écrit que le Palestinien tué par Elor Azaria soit un soldat.  De plus, en dehors de l’erreur factuelle commise par l’AFP, il est impossible qu’un Palestinien exerce la profession soldat en Cisjordanie car l’Autorité Palestinienne ne dispose pas de Forces armées (elle dispose seulement de Forces de sécurité en vertu des accords d’Oslo). Notons par ailleurs qu’Abdel Fattah al-Sharif – l’assaillant tué par Elor Azaria – n’a jamais été ni soldat, ni policier, ni membre d’une quelconque force paramilitaire palestinienne.

L’usage même du mot “soldat” dépasse tout entendement. Voici la définition donnée par le Larousse de ce qu’est un “soldat” :

Encore une fois, le Palestinien abattu par Elor Azaria ne rentrait dans aucune de ces définitions.

Comment donc alors expliquer cette erreur dans la traduction autrement que par la volonté d’un des journalistes de l’AFP de nuire encore plus à Israël ? Ou bien peut-être que le journaliste s’est laissé emporter par ses propres opinions sur le conflit israélo-palestinien et considère que les assaillants au couteau et autres terroristes sont des “soldats de la liberté” ?

Le plus grave, c’est que cette dépêche a été reprise par la rédaction du Monde, du Figaro, par le site d’information belge 7Sur7, et par le quotidien suisse 24heures.

Nous avons contacté tous les médias concernés pour demander une rectification immédiate de cette dépêche.

Top